,
CKCSJ

Ligue Braille

 

Retrouver son autonomie de déplacement est le souhait de toute personne handicapée visuelle. Si l'apprentissage des techniques de déplacement (avec une longue canne blanche par exemple) lui permet d'acquérir une certaine

" liberté de mouvement ", le chien-guide s'avère parfois nécessaire pour donner à l'aveugle l'assurance indispensable pour affronter les pièges de la rue. Relevons cependant que l'utilisation d'un chien-guide demande une certaine autonomie de départ, et donc des compétences en matière de locomotion et d'orientation. Par ailleurs, elle ne remplace pas l'usage de la canne blanche.

 

Le dressage du chien-guide se déroule en trois phases :

 

Vers l'âge de 7 à 8 semaines, le jeune chiot est confié à une famille d'accueil. Celle-ci suit un programme d'éducation qui permettra au chien de s'habituer à son environnement, aux enfants, aux autres animaux, à la circulation,… Il y reste entre 12 et 18 mois. La première phase est donc identique à celle des chiens non destinés aux aveugles, à savoir l'obéissance générale et l'apprentissage d'ordres essentiels.

 

Après le séjour dans la famille d'accueil, le chien entre à la Ligue Braille où il poursuit sa formation. Au cours de cette deuxième phase, on lui enseigne les techniques spécifiques pour guider l'aveugle dans la rue : s'arrêter et s'asseoir au bord du trottoir, repérer les obstacles et les éviter en les contournant, s'habituer aux bruits de la circulation, évaluer la hauteur et la largeur des passages afin d'éviter que son maître ne se heurte aux obstacles. Il apprend un vocabulaire simple mais efficace que son futur maître devra également maîtriser.

 

La troisième phase consiste en la familiarisation du chien avec son nouveau maître ; l'aveugle se substitue ainsi progressivement au dresseur. Une période d'acclimatation de 3 mois environ est nécessaire pour permettre à l'aveugle et à son chien d'apprendre à travailler ensemble.